Catégorie : Réflexions

Nombreuses manifestations contre la société autoritaire et l’État policier

  Samedi et dimanche, un peu partout en Grèce, un puissant mouvement de protestation est descendu dans la rue. . Anarchistes, révolutionnaires, gauchistes de tous les courants, babs, écolos, militants multicartes, mais aussi personnes peu politisées qui en ont simplement marre, dont certaines ont évoqué le mouvement des Gilets Jaunes en France : les rues grecques ont vu défiler pas mal de monde, hier et samedi. Par contre, il y a eu moins d’occupations de places que prévu, mais ce n’est qu’un début. Pour le moment, le mouvement grandit, dans beaucoup de quartiers d’Athènes et dans d’autres villes de Grèce...

De l’air !

Le vent se lève… Aujourd’hui en Grèce, c’est le jour des cerf-volants, une tradition très populaire. L’occasion de prendre l’air, à tous les sens du terme. En plus, ce lundi, il y a du vent presque partout. Oui, mais le confinement continue depuis novembre sans interruption ! Les sorties doivent être justifiées et les attestations remplies et signées. Aucun écart n’est admis. La population étouffe, la police fait du zèle et les amendes pleuvent. 300 euros l’amende de base, au lieu de 135 en France, alors que le revenu moyen en Grèce est inférieur de moitié. Alors, comme toujours en...

Les quartiers d’Athènes se soulèvent !

Vendredi 12 mars 2021. Dimitris Koufontinas est encore vivant. Dix ans après le mouvement des places, la Grèce commence à redescendre dans la rue pour une autre société. Tout d’abord, regardez ce visuel qui tourne beaucoup en ce moment sur Internet en Grèce : le personnage du centre représente le fameux quartier d’Exarcheia qui, autrefois, était l’épicentre de la révolte à Athènes. Depuis, l’arrivée de Mitsotakis au pouvoir, le vieux quartier anarchiste a été frappé de plein fouet à de nombreuses reprises et s’est un peu affaibli. Oui mais, comme le montre la croissance fulgurante des autres quartiers tout autour,...

Koufontinas : « je continue ! »

  Le prisonnier a appris par son fils que la demande de suspension de sa peine venait d’être rejetée. Il s’y attendait depuis le début. Il a décidé d’aller jusqu’au bout de sa grève de la faim et de la soif « pour la justice ». Mais de nouveaux obstacles viennent de surgir… C’est dans sa chambre d’hôpital à Lamia, sous haute surveillance policière, que Dimitris Koufontinas a eu confirmation de ce dont il était certain par avance : jamais l’État ne cessera de s’acharner sur lui. Contrairement aux pires fascistes tranquillement installés dans leur cellule VIP puis relâchés en...

Mitsotakis piégé par son passé !

Alors député dans les années 90, l’actuel premier ministre grec avait contribué à la libération d’un des chefs sanguinaires de la junte des Colonels au bout de 15 ans. À l’inverse, il s’acharne aujourd’hui sur Koufontinas qui a déjà purgé 19 ans de prison. . C’est Hector Koufontinas, le fils de Dimitris, qui vient de rappeler publiquement ce fait : le 13 mai 1996 au parlement grec, Kyriakos Mitsotakis a défendu la libération du sinistre Patakos, l’un des colonels au pouvoir durant la junte. . Reconnu coupable de haute trahison, de renversement du gouvernement et de milliers d’exécutions et de...

Jusqu’où ?

À l’heure qu’il est, des rassemblements et des manifestations débutent en bravant le couvre-feu à Athènes et dans d’autres villes de Grèce. Une nuit d’attaques ciblées va suivre, alors que les rumeurs se multiplient quant à la suite. Alors que Dimitris Koufontinas entre progressivement dans la phase terminale et irréversible de son dernier combat, les politiciens au pouvoir s’affairent dans les bureaux ministériels et croient jouer une partie d’échecs. Cet après-midi à Athènes, la direction générale de la police a reçu la visite du ministre de tutelle qui a transmis ses ordres à la hiérarchie bleu marine : « surtout pas...

Grèce : la violence du pouvoir génère la révolte et la répression

Il y a quelques minutes, le secrétariat du premier ministre Kyriakos Mitsotakis vient de confirmer son refus de sauver le prisonnier en grève de la faim et de la soif. Koufontinas est à l’article de la mort. . Depuis des semaines, les manifs, rassemblements et actions se multiplient dans toute la Grèce, malgré une répression féroce. Même quand les mots d’ordre ne concernent pas Koufontinas, son nom est quand même présent sur les banderoles des cortèges d’étudiants ou d’infirmiers en colère. Désormais, l’agonie du prisonnier communiste révolutionnaire(1) symbolise pour tous, militants anarchistes ou de gauche, la violence absolue du pouvoir...

La réponse de Ruffin

Suite à ma lettre ouverte et beaucoup d’autres réactions à ses propos concernant les « anarchistes à la tête de l’État » : LA RÉPONSE DE RUFFIN (UN PEU PLUS BAS) Pour ne rien vous cacher, j’ai tout d’abord reçu un mail de François Ruffin dans la matinée dans lequel il m’expliquait pourquoi il avait hésité à me répondre ces derniers jours, souhaitant éviter « un échange de textes » qui, sur internet, peut parfois « tourner au pugilat » (sic). En guise d’explication, il m’a transmis la lettre qu’il venait d’écrire à l’une de ses modératrices sur les réseaux sociaux, une collaboratrice libertaire qui « s’est mise...

Dix citations pour le centenaire de Kropotkine

Pierre Kropotkine est mort il y a cent ans, le 8 février 1921. DIX CITATIONS POUR LE CENTENAIRE DE KROPOTKINE « Ne se courber devant aucune autorité, si respectée qu’elle soit ; n’accepter aucun principe, tant qu’il n’est pas établi par la raison. » La morale anarchiste, 1889 « Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent. » L’entraide, 1902 « Oui, nous sommes riches, infiniment plus que nous ne le pensons. Riches par ce que nous possédons déjà ; encore plus riches par ce que nous pouvons produire avec l’outillage actuel. Infiniment plus riches par ce que nous...

Derrière les mots du pouvoir

  Le piège politique dans lequel nous nous trouvons se situe d’abord au niveau des mots. DERRIÈRE LES MOTS DU POUVOIR Dans son livre 1984, George Orwell soulignait déjà la puissance de la manipulation au moyen de l’inversion du langage : « La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force ». Récemment, nous avons reparlé de cette inversion au sujet de l’anarchie (désordre absolu ou plus haute expression de l’ordre) et des anarchistes (égoïstes et je-m’en-foutistes ou, au contraire, pourvus d’un sens aigu de la liberté et de la responsabilité). Le gouvernement ne fait pas autre chose...