Catégorie : Analyses

Tsipras sur les planches : le théâtre grec recommence !

[DÉSINTOX] Hier soir, la colère a encore grondé dans les rues, à Athènes, y compris sous les fenêtres de Tsipras. Et ce n’est pas fini. TSIPRAS ESSAIE DE NOUS REFAIRE LE COUP DE 2015, MAIS ÇA NE MARCHE PLUS — Quoi, Yannis ? Tu n’y crois pas ? — Ben non. Mais alors, pas du tout. — Tu veux dire que ça te rappelle un peu juillet 2015 ? — Même avant… ACTE I, scène 1 En réalité, Tsipras et Varoufakis ont commencé à céder dès février 2015, cosignant en moins d’un mois le prolongement du second mémorandum sans même...

Tsipras : jusqu’à quand ?

La bourgeoisie semble, de plus en plus, avoir choisi. TSIPRAS : JUSQU’À QUAND ? Elle a utilisé le traitre Tsipras jusqu’à la moelle. La plupart de ses exigences sont passées, dont beaucoup d’énormes concessions que la rue n’aurait jamais accepté d’un gouvernement « de droite ». Et maintenant ? La côte de popularité de Tsipras est au plus bas. La supercherie ne marche plus. Les derniers fans s’étiolent ou s’éloignent. Son nom est devenu une insulte pour beaucoup, servant de préfixe à de nombreuses variantes (néologismes en tsi-). L’exaspération n’a pas encore choisi sa forme d’expression, mais elle est palpable un peu...

Syriza jusqu’au bout de l’abject

Un an après la capitulation de Tsipras, ce qui subsiste de son parti n’est plus qu’une machine à collaborer, à mentir et à frapper dans le dos. Nous venons d’en faire à nouveau l’expérience. SYRIZA JUSQU’AU BOUT DE L’ABJECT Nous l’avions diversement remarqué ces derniers jours, le gouvernement Tsipras observait d’un mauvais œil le « No border camp » à Thessalonique, ses débats avec plus de 2000 participants venus de toute l’Europe, ses manifestations dans les rues de la ville et au-delà, et ses actions de soutien aux migrants et aux réfugiés. Le plus inacceptable était manifestement l’ouverture d’un squat supplémentaire pour...

Non, la France n’est pas une terre de paix

La récup’ des logos et des slogans n’a jamais craint les pires contradictions. NON, LA FRANCE N’EST PAS UNE TERRE DE PAIX En Grèce, par exemple, la France incarne actuellement le dépeçage du bien commun massivement bradé aux entreprises bleu-blanc-rouge qui viennent récemment d’accompagner Hollande en terre conquise : Vinci, Total, SNCF, Suez, Veolia, Bouygues, Thales, Lagardère, Dassault… Sans oublier EDF qui saccage la Crète. En Afrique, où le néo-colonialisme frappe depuis cinquante ans, c’est encore pire : l’exploitation contrôle, sous-paie, endette, affame et assassine. Non, décidément, la France n’est pas une terre de paix. Tous les jours, en Grèce,...

Non, je ne suis pas « en sécurité »

Ce soir, après les nouveaux attentats à Paris, Facebook invite, ses utilisateurs à se déclarer « en sécurité ». NON, JE NE SUIS PAS « EN SÉCURITÉ ». Je ne serai jamais en sécurité dans un État policier qui réprime, harcèle, et assassine des opposants, manifestants et migrants. Je n’ai aucune confiance en l’État policier, celui qui a collaboré avec la Gestapo et qui a tué Rémi Fraisse, pour me protéger. L’horreur des fascismes politiques et religieux, qu’évidemment je combats, ne me fera jamais oublier le bilan dramatique du capitalisme, a fortiori dans son paroxysme néolibéral, tant pour l’humanité que pour la Terre. Je ne...

TSIPRAS CHERCHE À PRENDRE DE VITESSE LA CRÉATION DU « FRONT DU OXI »

La rumeur courait depuis deux semaines. Tsipras vient de confirmer les législatives anticipées. Du 20 août au 20 septembre, cela fait un mois de préparation seulement, le minimum prévu par la constitution. Dans quel but TSIPRAS CHERCHE À PRENDRE DE VITESSE LA CRÉATION DU « FRONT DU OXI ». Une coalition qui est sur le point de rassembler : – des membres de l’aile gauche de Syriza, parmi lesquels Panagiotis Lafazanis (animateur de la plateforme de gauche, ancien ministre de l’énergie démissionné par Tsipras, et ancien insurgé de Polytechnique contre la dictature des Colonels), Stathis Kouvelakis (professeur de philosophie politique, contradicteur anti-langue de bois...

LE SOUVERAINISME EN SLIP

Suite à mon texte « Le piège du souverainisme dans la débâcle grecque », voici quelques réponses à diverses questions ou remarques… LE SOUVERAINISME EN SLIP 1 – A quoi reconnaît-on un homme politique souverainiste ? a) Il se prétend le plus souvent « ni droite ni gauche » (comme la moitié des politiciens de droite, ce qui est parfois très drôle, par exemple quand il est démasqué par ses éléments de langage et autres marqueurs politiques). b) Il est champion toutes catégories en retournement de veste (plusieurs CV sont accablants) et, le cas échéant, en abandon des promesses électorales...

LE PIÈGE DU SOUVERAINISME DANS LA DÉBÂCLE GRECQUE

  Un contresens répandu sur les causes et les conséquences du troisième mémorandum qui vient d’être signé par Tsipras. LE PIÈGE DU SOUVERAINISME DANS LA DÉBÂCLE GRECQUE 13 août 2015. Athènes est tombée. La chose est entendue depuis un mois exactement. Ceux qui en discutent encore ne s’opposent plus que sur des chiffres situés après la virgule et sur des éléments de langage, notamment l’épineuse question d’utiliser ou pas le mot « trahison » pour qualifier la volte-face de Tsipras et de ses conseillers. Certains m’ont écrit pour me suggérer de ne pas utiliser ce mot. D’autres voulaient, au contraire,...

TOUSSAINT : « LES CONSÉQUENCES DE LA CAPITULATION. TSIPRAS N’A PAS TENU PAROLE. »

Préliminaire à une tentative d’analyse complète du fondateur du CADTM qu’il diffusera dans une dizaine de jours. ÉRIC TOUSSAINT : « LES CONSÉQUENCES DE LA CAPITULATION. (…) TSIPRAS N’A PAS TENU PAROLE. » Extraits : « Alexis Tsipras a remplacé 6 ministres et vice-ministres qui s’étaient prononcés contre l’accord du 13 juillet, par des membres de Syriza qui soutiennent la nouvelle orientation. Alexis Tsipras a également démissionné un des porte-paroles du groupe parlementaire. (…). Si le changement de la composition du gouvernement est de la compétence du premier ministre, il n’en va pas de même de la désignation des porte-paroles du groupe parlementaire...

GRECE : RÉPONSES À VOS PRINCIPALES QUESTIONS -10-

10 – QUI EST LE RESPONSABLE DE LA RÉPRESSION POLICIÈRE DE CES DERNIERS JOURS EN GRÈCE ? Le sous-ministre à l’ordre public, en charge de la police, s’appelle YANNIS PANOUSIS. C’est un ancien du Pasok et surtout du Dymar, un parti croupion pro-euro qui a collaboré avec… le premier ministre de droite : Antonis Samaras ! Yannis Panousis n’a quitté le Dymar que le… 5 janvier 2015 ! Soit une semaine après l’annonce des élections Legislatives et 20 jours seulement avant l’arrivée au pouvoir de Syriza ! Un record : champion de l’opportunisme toutes catégories ! Yannis Panousis connait bien...