Catégorie : Luttes internationales

Convergence de luttes contre le pouvoir ★

Ça continue en Grèce : . Hier soir encore, au cœur d’Athènes, beaucoup de monde est descendu dans la rue. Mais cette fois, le problème de la santé a été placé au premier plan. Pas question de laisser les infirmiers et médecins lutter seuls. Les manifestants ont souligné le discours hypocrite du pouvoir qui, en Grèce comme en France, saccage les moyens de se soigner et qui, ensuite, tente de nous culpabiliser et de nous soumettre à des décisions arbitraires voire grotesques. Le pouvoir fonctionne comme un pompier pyromane, avec notre santé comme avec tout le reste. . En première...

Entretien vidéo sur l’actu en Grèce (12 minutes)

Bonjour les ami.es. . Si besoin, je suis rentré en France pour un bref séjour avant de repartir (plusieurs rdv importants). J’en profite pour rechercher, entre autres choses, des livres en Farsi, Ourdou, Anglais, Arabe et Ouïghour pour plusieurs bibliothèques sociales dont je m’occupe en Grèce. . D’autre part, nos sites internet sont partis en fumée dans l’incendie d’OVH (sites de films, mon site pro irapep.net, etc.), comme Wikileaks et bien d’autres. Du coup, il ne me reste plus que le blog. . Enfin, le Groupe Antifasciste Lyon et Environs m’a sollicité pour un petit entretien de 12 minutes afin de...

Nombreuses manifestations contre la société autoritaire et l’État policier

  Samedi et dimanche, un peu partout en Grèce, un puissant mouvement de protestation est descendu dans la rue. . Anarchistes, révolutionnaires, gauchistes de tous les courants, babs, écolos, militants multicartes, mais aussi personnes peu politisées qui en ont simplement marre, dont certaines ont évoqué le mouvement des Gilets Jaunes en France : les rues grecques ont vu défiler pas mal de monde, hier et samedi. Par contre, il y a eu moins d’occupations de places que prévu, mais ce n’est qu’un début. Pour le moment, le mouvement grandit, dans beaucoup de quartiers d’Athènes et dans d’autres villes de Grèce...

La révolte et la répression s’étendent à Thessalonique (video)

Jeudi 11 mars 2021. Dimitris Koufontinas est encore vivant. La tension continue de monter en Grèce. . « La junte est de retour ! » Voilà ce que crient beaucoup d’étudiants et de manifestants. En effet, la répression s’étend partout, jour et nuit. N’importe qui se fait arrêter pour n’importe quoi : une banderole, un slogan, une exclamation… La police est extrêmement violente et se permet tout ce qu’elle veut, avec le blanc-seing du premier ministre Mitsotakis, de plus en plus autoritaire, entouré de ses ministres transfuges de l’extrême-droite. Au début cette vidéo, les flics se jettent même sur un journaliste en...

Nouveau refus du tribunal et multiplication des attaques nocturnes contre le parti au pouvoir

8 mars 2021. Dimitris Koufontinas est encore vivant. Bien que très fragile, sa santé s’est un peu stabilisée, pour l’instant, grâce à l’effet du sérum depuis trois jours. Mais le risque de mort subite reste très élevé. Il y a quelques minutes, le Conseil judiciaire de Lamia a rejeté la demande d’annulation de son transfert à la prison de haute sécurité de Domokos. Les avocats de Dimitris Koufontinas se trouvent dans l’impasse face à l’influence du premier ministre sur les organes de décision sollicités, (les principaux interlocuteurs appartiennent souvent au parti de droite Nouvelle Démocratie) et du fait du refus...

Athènes s’enflamme !

  5 mars 2021. Dimitris Koufontinas est encore vivant, mais son état de santé s’est encore dégradé cette nuit. ATHÈNES S’ENFLAMME ! Cette nuit, plusieurs incendies se sont déclarés dans la capitale : ici des bureaux, là une banque, mais aussi des voitures de luxe, des distributeurs de billets, des poubelles… De même, la grande manifestation d’hier était sous le signe des flammes et de la lumière. La mobilisation est chaque jour plus nombreuse, malgré les restrictions menaçantes. Puis, la nuit, des petits groupes surgissent et disparaissent ici et là, dans la pénombre à l’écart des réverbères. Les « chats noirs »,...

Solidarité sans frontières

Grève de la faim et de la soif de Dimitris Koufontinas : . SOLIDARITÉ SANS FRONTIÈRES . Depuis plusieurs jours, des messages de soutien et des photos arrivent d’un peu partout dans le monde. En voici quelques uns. . Si vous en connaissez d’autres, vous pouvez les envoyer par courriel à : exarcheia2008[at]riseup[point]net (taille légère pour les photos svp). . Merci pour lui. . Y.Y. . #koufontinas_hungerstrike #δημήτρης_κουφοντίνας #koufontinas #σακελλαροπούλου_πάρε_θέση #Dimitris_Koufontinas

« Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »

Alors que Mitsotakis a encore refusé cruellement de rétablir le prisonnier dans ses droits et que la présidente Sakellaropoulou se mure dans le silence malgré les nombreux appels à intervenir : . « JE NE VEUX PAS MOURIR, MAIS VU LA SITUATION, ILS NE ME LAISSENT PAS LE CHOIX » . C’est la dernière phrase qu’a réussi à prononcer Dimitris Koufontinas à son médecin, Katerina Douzepi, il y a deux heures, à l’Hôpital général de Lamia sous haute surveillance policière. Celle-ci l’a ensuite transmis aux médias à l’extérieur, en faisant savoir que son état de santé est alarmant et qu’il ne lui...

Grèce : la violence du pouvoir génère la révolte et la répression

Il y a quelques minutes, le secrétariat du premier ministre Kyriakos Mitsotakis vient de confirmer son refus de sauver le prisonnier en grève de la faim et de la soif. Koufontinas est à l’article de la mort. . Depuis des semaines, les manifs, rassemblements et actions se multiplient dans toute la Grèce, malgré une répression féroce. Même quand les mots d’ordre ne concernent pas Koufontinas, son nom est quand même présent sur les banderoles des cortèges d’étudiants ou d’infirmiers en colère. Désormais, l’agonie du prisonnier communiste révolutionnaire(1) symbolise pour tous, militants anarchistes ou de gauche, la violence absolue du pouvoir...

Koufontinas : la Grèce retient son souffle

40 ans après Bobby Sands sous Thatcher, Koufontinas n’a plus que quelques heures à vivre sous le régime de plus en plus autoritaire de Mitsotakis, malgré de très nombreuses protestations. Déjà affaibli par une longue grève de la faim (en raison du changement brutal de ses conditions de détention et de la remise en question de sa perspective de libération conditionnelle à l’automne prochain), le prisonnier communiste révolutionnaire est entré en grève de la soif depuis plusieurs jours et refuse désormais l’ultime hydratation apportée par la perfusion d’antibiotique, ainsi que toute réanimation s’il perd connaissance. Il est donc condamné à...