L’action de trop pour Génération identitaire ?

Je vous fais part de deux rumeurs qui circulent avec persistance.

L’ACTION DE TROP POUR GÉNÉRATION IDENTITAIRE ?

La première de ces rumeurs annonce que, dès ce début de semaine, les 22 identitaires qui ont attaqué le siège de SOS Méditerranée et qui ont refusé de parler en garde-à-vue vont être jugés en comparution immédiate pour des chefs d’accusation très graves : violences en réunion, séquestration, association de malfaiteurs en vue de commettre des violences… (sans doute pas pour incitation à la haine raciale, uniquement pour les flagrants délits de vendredi).

La seconde rumeur annonce une nouvelle recommandation de dissolution de l’organisation Génération identitaire par la DILCRAH, alors que le ministre destinataire de la précédente vient de démissionner. Le choix incomberait donc, cette fois, au premier ministre dans les jours qui viennent, à moins qu’un nouveau ministre de l’intérieur soit nommé entretemps.

Vraiment ? Fin de partie pour Génération identitaire, alors que l’ami de la famille(1) a quitté son poste ?

Rien n’est moins sûr. Même si les ancêtres de cette organisation ont également été dissoutes (Unité Radicale en 2002 et Jeunesses identitaires en 2012), le pouvoir a besoin des activistes fascistes pour manipuler l’opinion et se positionner en arbitre et en seul recours contre eux(2).

La balle est maintenant dans le camp de l’État, cette semaine : fini de laisser faire cette aberration identitaire ? Et si oui, pour combien de temps jusqu’à leur reconstitution sous un autre nom ?

Yannis Youlountas

(1) http://blogyy.net/2018/09/19/lami-de-la-famille/

(2) http://blogyy.net/2018/09/30/le-pouvoir-ne-nous-defend-pas-contre-le-fascisme-bien-au-contraire/