Non, finalement, je ne ferai pas thinkerview

À mon retour dans l’hexagone, changement de programme :

NON, FINALEMENT, JE NE FERAI PAS THINKERVIEW

Il y a quelques semaines, vous avez été nombreux à me conseiller de refuser l’invitation de Thinkerview.

Dans un premier temps, j’étais hésitant. Je déteste intervenir dans des médias au tout venant, des médias où tout est mélangé, dans la confusion, à commencer par les intervenant-es les plus réactionnaires et tape-à-l’œil en alternance avec d’authentiques compagnon-nes de luttes.

Quelques jours plus tard, j’en ai discuté avec plusieurs de mes proches qui ont accepté avant moi de faire Thinkerview. L’un d’entre eux m’a dit :
— Tu aurais tort de ne pas y aller, Yannis. Ce serait dommage pour les causes que tu défends : les luttes en Grèce, l’anarchisme, etc. Si on refuse tous d’y aller, on laisse toute la place aux autres, nos adversaires, nos contradicteurs. Que tu refuses de faire ça dans les mass-médias, d’accord, mais Thinkerview c’est complètement différent : tu as le temps de développer ta pensée, exposer tes arguments, dérouler ton point de vue. En plus, Yannis, tu es bon pour ça, tu parles bien en public, c’est vraiment dommage de refuser systématiquement les meilleures tribunes !

Alors, pour la cause, j’ai accepté d’y aller « quand je pourrai, à mon retour en France. »

Sauf que là, trop c’est trop : je viens d’apprendre que Thinkerview vient d’offrir son micro à Zemmour. En effet, la vidéo vient d’être mise en ligne à l’instant.

Thinkerview offre donc son micro à des gens connus pour inciter à la haine raciale, à des bateleurs dangereux qui poussent à la guerre civile contre les « arabo-musulmans » (sic) en suscitant la crainte du pseudo « grand remplacement », théorie fumeuse qui a déjà inspiré des crimes de masse en Suède et en Nouvelle Zélande.

Cerise sur le gâteau, Thinkerview a trouvé utile d’offrir son micro à un sale bonhomme qui est déjà omniprésent dans tous les médias de masse, au rythme d’une campagne de communication gigantesque soutenue par ses amis milliardaires : Bolloré, la famille Dassault, etc.

Que vient donc faire Thinkerview dans tout ça ? Faire des vues, beaucoup de vues, énormément de vues, booster sa chaîne, en échange d’un crachoir désolant à l’un des pires intervenants possibles. Lamentable.

Ben moi, contrairement à vous, je m’en fiche des vues sur youtube. Je ne ferai pas n’importe quoi pour ça. Certes, ma vidéo d’une heure trente m’aurait peut-être permis de défendre mes idées, d’exposer des arguments et soulever un peu le voile sur ce que nous faisons en Grèce depuis une douzaine d’années avec le mouvement social. Oui, mais… jouer à tournez-manège avec Zemmour, certainement pas !

Thinkerview ne vaut pas mieux que les médias de masse dont il se prétend différent : le format ne change rien à l’affaire s’il sert la propagande des pitres dangereux tout autant que la parole sincère des militant-es qui les combattent.

Non, finalement, à mon retour dans l’hexagone, je ne ferai pas Thinkerview.

Yannis Youlountas