LE PASOK EST DEVENU PIRE QUE LA DROITE, DEPUIS QUINZE ANS EN GRÈCE.

11935068_1492187767758512_6613029083405621195_n

Mise au point, suite au rapprochement SYRIZA-PASOK annoncé par Tsipras vendredi.

LE PASOK EST DEVENU PIRE QUE LA DROITE, DEPUIS QUINZE ANS EN GRÈCE.

Je viens de lire un commentaire qui affirme : « L’imposture des comptes Grecs, ce n’est pas le Pasok, mais c’est la droite ! » (pour justifier la nouvelle stratégie d’alliance de Tsipras).

Voici ma réponse et je mets au défi quiconque de prouver le contraire.

Le trucage des comptes de la Grèce avec Goldman Sachs, c’est à 100% le PASOK (parti socialiste grec). Le responsable principal, c’est précisément Costas Simitis qui était Premier ministre de la Grèce de 1996 à 2004 et président du PASOK. L’accord pour un swap avec Goldman Sachs contre 600 millions d’euros, c’était exactement en 2001, géré par l’homme de main de Simitis : Christoforos Sardelis, chef du bureau de gestion de la dette à Athènes de 1999 et 2004.

Il faut également savoir que le PASOK a gouverné la Grèce pendant 24 ans (sur 30 ans) entre 1981 et 2011 : de 1981 à 1989, de 1993 à 2007 et de 2009 à 2011, cette fois, avec le plus hypocrite de tous : Georges Papadréou, encore président de l’Internationale socialiste à ce jour, et ce, depuis 2006.

Dans l’équipe de Simitis en 2001, un aréopage aussi libéral que corrompu, il y avait, par exemple, Dimitris Mardas, ancien conseiller des dirigeants européens (de 1992 à 1996, notamment à la Direction générale des affaires financières de la Commission européenne) puis responsable du PASOK, qu’on a bizarrement retrouvé par la suite dans le gouvernement Tsipras. Je vous avais prévenu :
http://blogyy.net/2015/07/14/un-ancien-du-pasok

Et puis, Simitis ne s’est pas arrêté là, après la fin de sa carrière politique. Il a ensuite cofondé le Comité d’Action pour la Démocratie Européenne (surnommé groupe Amato) qui a conçu et rédigé le traité de Lisbonne en 2007 :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Amato

Non, vraiment, le PASOK n’a pas été mieux que la droite en Grèce. Depuis quinze ans, il est plutôt pire, excepté pour la suppression de la mention obligatoire de la religion sur l’état civil et les pièces d’identité en 2001, mais à cause de nos pressions de plus en plus fortes et des règles européennes en la matière. Un peu comme en France, où le mariage pour tous et deux ou trois autres décisions sont l’arbre qui cache la forêt de la vraie nature du gouvernement Hollande : accélération du libéralisme, signature du TSCG et préparation du TAFTA, poursuite des privatisations, renforcement de l’état policier, agression des zones à défendre, criminalisation du mouvement social, poursuite de la chasse aux sans-papiers, etc.

En Grèce comme en France, s’allier avec le PASOK ou le PS, c’est embrasser nos bourreaux. Le baiser de la mort politique.

Yannis Youlountas

http://jeluttedoncjesuis.net
https://www.facebook.com/pages/Je-lutte-donc-je-suis/1590195614532653