PARTICIPATION ÉNORME AU RÉFÉRENDUM EN GRÈCE !

11701375_1468187740158515_1226983278_o - copie

Dimanche 5 juillet 2015, à 13h30. Athènes commence à s’agiter.

PARTICIPATION ÉNORME AU RÉFÉRENDUM EN GRÈCE !

Plus de 35% de votants à la mi-journée (au lieu de 20% en moyenne). Le relevé de 13 heures est éloquent. Parmi les causes, des maisons de retraites entières ont été emmenées aux bureaux de votes dans des conditions douteuses, quelques partisans du OUI délirent dans les rues comme avant la chute d’un astéroïde ou une attaque nucléaire.

Mais aussi, des centaines de personnes comptaient s’abstenir et témoignent, un peu partout, qu’elles vont finalement voter NON, parce que la propagande pour le OUI a été particulièrement agressive, violente et insupportable.

Les chaînes de télévision privées ne respectent toujours pas les règles électorales aujourd’hui. Après avoir donné un temps 5 à 8 fois supérieur au OUI, durant la semaine, et avoir diffusé de fausses informations (annulations de réservations touristiques, etc.), ce dimanche, plusieurs chaînes affichent en gros sur leur fil info : « Le jour le plus grave de l’histoire de la Grèce ! » ou encore « La grande peur ! ».

Une présentatrice très connue en Grèce a lourdement insisté sur la nécessité de sauver l’avenir de nos enfants « en danger » et éviter à tout prix… « la famine » !

Ces derniers jours, le réseau de téléphone mobile WIND avait même osé inviter ses utilisateurs à envoyer OUI par SMS pour gagner des minutes d’abonnement supplémentaires, parmi beaucoup d’autres moyen de pression tous azimuts.

Malgré tout cela, je vous confirme, aujourd’hui encore, ce que je vous disais hier et ces derniers jours. Le NON tient la corde et semble prêt à l’emporter. Et la colère populaire ne fait que renforcer cette dynamique. A suivre, dans les prochaines heures…

NON c’est NON. Inutile d’insister.

Y.Y.